Press

 

 

 press femme actuellepress living in france

 

 

 

 

 Testimonials

 Aimee article030 1

 

 

 Acupuncture oculaire

Depuis le début de l’année 2018, les patients souffrant des yeux ont la possibilité de suivre un traitement d’acupuncture assez révolutionnaire rapporté de la Clinique Boel Akupunktur au Danemark. Le protocole se déroule au cabinet d’Aimée Centivany, à Narbonne. Quatre patients témoignent des bienfaits de cette étonnante technique.

 

Bye bye, migraines ophtalmiques…

Depuis un an, Christine souffrait des sinus et de problèmes dentaires qui affectaient sa vision, provoquant migraines ophtalmiques et sensations de brûlures. Ne sachant à quel saint se vouer, elle décide de devenir, selon ses termes, le « premier cobaye » d’Aimée. « Le traitement se déroule sur une période de 6 semaines, et comprend deux phases : 2 semaines de traitement intensif, au cours desquelles on reçoit 2 soins par jour, suivies d’une période d’entretien durant laquelle on reçoit deux soins par jour sur 8 journées étalées sur 4 semaines. » Un traitement assez chronophage donc, composé de 36 séances au total, mais au sujet duquel Christine ne tarit pas d’éloges. « Dès la première semaine, après 2 ou 3 jours de séances, mes migraines avaient disparu ! idem pour ces insoutenables brûlures qui me faisaient me gratter les yeux sans cesse : finies ! Et puis au-delà de la santé de mes yeux, j’ai l’impression que le traitement a rééquilibré tout le schéma des énergies de mon corps. J’ai plus de peps, et mes problèmes de cheville, de dos et de sinus se sont tassés. »

 

Améliorer la vision

Quant à Chantal, suite à une série de problèmes familiaux, elle avait souffert d’une rétinopathie maculaire qui avait fini par passer, mais présentait un début de cataracte. « Les résultats du traitement m’ont littéralement bluffée. Au cours des 3 bilans orthoptiques qui ont eu lieu pendant le traitement, j’ai constaté que j’avais gagné 3 dixièmes à un œil et 4 à l’autre en vision de loin ! J’avais aussi un début d’astigmatisme qui a diminué. De manière générale, je vois mieux, et la douleur que je ressentais a diminué. »

 

Une médecine douce pour traiter les troubles de la vision… et les autres !

Pour sa part, Sandrine, atteinte d’une maladie auto-immune, ne pouvait pas recevoir de traitement lourd pour soulager ses problèmes de nerf optique et de troubles de la vision. L’acupuncture semblait donc un moyen intéressant de gagner en confort. « J’avoue que la première séance a été très douloureuse, alors que je ne suis pas douillette. Aimée a piqué le bout des doigts, des orteils, la plante des pieds, les paumes des mains et les sourcils. En sortant de son cabinet, j’étais assez négative, et surtout terriblement fatiguée les premiers temps. Mais j’ai tenu bon. J’ai suivi la partie intensive du traitement pendant les vacances, au lieu de partir en voyage. Je prenais du temps pour moi, et des cafés au soleil entre les 2 séances quotidiennes. Au final, l’orthoptiste a confirmé que ma vision de loin s’était grandement améliorée. En parallèle, les problèmes chroniques que j’avais au tendon d’Achille se sont estompés ! Cela indique que tout est lié… »

 

Améliorer le confort des patients atteints de maladies dégénératives

François, 46 ans, est atteint du syndrome d’Usher, une maladie dégénérative qui touche la vision et les oreilles. Son champ visuel se trouve réduit à 30 degrés, contre 180 degrés en temps normal. De plus, sa vision nocturne est quasi nulle. « J’ai débuté le traitement il y a 8 jours, et je ressentais une fatigue très importante au début, un peu comme quand on commence le sport…. Alors j’alterne les soins et les siestes ! Mais déjà, mon organisme s’est adapté. La fatigue a diminué et j’ai l’impression de mieux capter la lumière et les couleurs. » Une telle maladie exige effectivement du temps pour que le cerveau réagisse au traitement. « Le but de ces soins est de revitaliser certaines fonctions endormies, afin de pallier la déficience présente. Alors forcément, cela remue, on a les yeux qui picotent, etc. En seulement huit jour, je me sens déjà mieux : je suis à la fois très détendu et en pleine forme. »

 

Des résultats positifs obtenus lors des bilans orthoptiques

Les résultats font l’unanimité à ce jour. Même les orthoptistes ayant effectué les bilans en cours de traitement sont conquis. « Quand Aimée m’a parlé de sa nouvelle technique apprise lors d’une formation dans une clinique de Copenhague, j’avoue avoir été incrédule ! confie Michèle Boffini, qui exerce à Narbonne depuis 1986. Mais force est de constater que les 3 patients dont j’ai fait les bilans sensori-moteurs (acuité visuelle, stéréoscopie, fonctionnalité, etc.) depuis le début de l’année présentaient tous une amélioration fonctionnelle et quantitative de la fonction visuelle. De ce fait, je n’hésiterai pas à l’avenir à recommander ce traitement aux patients souffrant des yeux. »

En stimulant les centres visuels du cerveau et le corps dans son ensemble, ces petites aiguilles sont donc vraiment capables d’aider de nombreux patients… Le traitement s’adresse à toute personne atteinte de maladie oculaire et de troubles de la vision, dont la dégénérescence maculaire (DLMA), le glaucome, les accidents vasculaires cérébraux (AVC), la thrombose oculaire, le syndrome du nerf optique, la rétinopathie pigmentaire et des problèmes de vision dus à des lésions cérébrales suite à un traumatisme.

 

Soin d’une DLMA précoce, exemple réussi d’adaptation des méthodes d’acupuncture

Madame S, 45 ans, est comptable dans une entreprise familiale. Une fonction qui sollicite beaucoup sa vision puisqu’elle passe de longues heures concentrée sur son écran d’ordinateur. Malheureusement, Madame S. souffre d’une DLMA humide précoce depuis l’âge de 35 ans.

Cette dégénérescence maculaire se traduit par une tâche sur son œil gauche au centre de son champ visuel. Cette perte d’acuité qu’elle doit compenser avec son œil droit lui provoque de fréquents maux de tête qui l’obligent à faire des siestes quotidiennes pour reposer ses yeux entre deux séances de travail.

Avant de commencer le protocole prévu par la méthode Boel, Madame S., fatiguée, se plaint d’être presque aveugle de l’œil gauche. Au bout d’une semaine de soins, elle ne remarque pas de changements significatifs. Pour remédier à cette absence de résultats, la méthode MA 48 est adoptée. Un choix qui s’avère rapidement judicieux car dès le deuxième jour de ce traitement, Madame S. a la sensation que la tâche sur son œil gauche a diminué.

Après la période de soins intensifs, l’orthoptiste constate que la vision de Madame S a progressé de 4/10 à 7/10 à l’œil gauche et de 4/10 à 6/10 à l’œil droit.

Comme elle répond bien au protocole MA 48, il est décidé de le poursuivre pendant la période d’entretien. Après 5 semaines de soins, elle déclare que la tâche sur son œil a totalement disparu. Une très belle surprise confirmée par son rendez-vous chez l’orthoptiste où ses résultats sont excellents : 7/10 à l’œil gauche et 10/10 à l’œil droit.

Avec ses corrections, Madame S dispose désormais d’une vision de 10/10 des deux côtés ! Elle peut maintenant travailler confortablement et profiter d’une vie plus sereine et plus épanouie.

  

Soin d’un glaucome persistant : conjugaison réussie de soins conventionnels et de méthode Boel

Monsieur R est un jeune retraité sportif qui pratique régulièrement le vélo, la marche et la course à pied. À 62 ans, il est toujours très dynamique mais souffre depuis dix ans d’un glaucome persistant à l’œil gauche. Cette gêne s’est accrue lorsque son œil droit a été touché à son tour. Après avoir été soigné au laser pour diminuer sa pression oculaire, Monsieur R se décide à tenter l’acupuncture afin de soulager ses douleurs et d’améliorer sa vision. Lorsqu’il commence ses soins, il souffre également de calculs rénaux qui lui ont provoqué des crises pénibles. La méthode Boel semblait la mieux adaptée pour apaiser Monsieur R.

Ce choix se révèle prometeeur car au bout d’une semaine, Monsieur R. constate que le voile sur son œil s’est levé. Dès la fin des soins intensifs, il ressent une nette amélioration de son acuité visuelle confirmée par le bilan de son orthoptiste : un gain de +6/10 à l’œil gauche. De plus, son glaucome s’est stabilisé !

Pendant les soins d’entretien prévus par le protocole de la méthode Boel, il effectue une séance de laser sur son œil droit. Grâce à la conjugaison de ces deux traitements, son médecin note une diminution significative de sa Pression Intra Oculaire (P.I.O.). Ces résultats encourageants se confirment les séances suivantes. À l’issue des soins d’entretien, les améliorations de sa vision s’avèrent spectaculaires : l’acuité de son œil gauche est passée de 4 à 10/10 et son glaucome s’est stabilisé sur les deux yeux.

Ravi de ressentir des résultats si probants et un bien-être global en si peu de temps, Monsieur R. peut maintenant poursuivre ses activités sportives « bon pied bon œil ! ».

 

Soin d’une personne presque aveugle ayant récupéré une vision fonctionnelle

Madame C, 71 ans, habite à la campagne avec son mari vigneron. Elle passe ses journées seule à la maison, gênée dans ses activités quotidiennes par une myopie qui la rend presque aveugle. Malgré une opération du décollement de la rétine en 2006, son œil gauche ne perçoit qu’un filet de lumière et ne distingue aucune forme. Lors de sa première consultation, Madame C se présente pâle, fatiguée, et désespérée car elle est allée au bout des méthodes conventionnelles pour améliorer sa vue.

Le protocole MA 48 semble le mieux adapté pour elle. Elle y réagit d’ailleurs très bien car dès les premiers jours de soins intensifs, elle sent que son œil gauche s’active, en particulier le soir. Au quatrième jour, elle déclare : « Quelque chose se passe, mais je ne sais pas exactement quoi... ». Le lendemain, elle est « convaincue » que sa vision évolue. Et les signes positifs s’accumulent à chaque séance.

Au début de la deuxième semaine de soins intensifs, Madame C. commence à voir des formes, sa perception des contrastes s’améliore. Elle gagne en autonomie, peut désormais se servir un verre d’eau à table et monter les escaliers sans aide. Sa fille - qui l’accompagne aux séances en voiture car Madame C est incapable de conduire - constate qu’un jour de pluie, sa mère parvient à éviter une flaque d’eau toute seule. Sa vue progresse mais aussi son état physique et mental. Le teint de son visage se colore et s’illumine, elle se sent plus détendue et de meilleure humeur.

Au fil des jours, le traitement produit ses effets bénéfiques sur ses deux yeux. À sa grande fierté, elle réussit à remplir elle-même un chèque pour régler la séance. Dans sa chorale de chant, elle est désormais capable de voir les mains de la chef d’orchestre badre la mesure. Ses compagnons de chorale lui font remarquer qu’elle a changé et se demandent ce qu’elle peut bien prendre pour être à ce point métamorphosée. Après les soins intensifs, son deuxième bilan orthoptiste révèle que la vision de son œil gauche a progressé et que son œil droit a gagné deux dixièmes en à peine quinze jours !

Après les séances d’entretien effectuées pour consolider ses progrès, viennent deux mois de pause pour les vacances d’été. À la rentrée, la vision de Madame C n’a pas baissé faute de stimulation. Bien au contraire, son troisième bilan orthoptiste montre qu’elle a encore gagné en acuité visuelle. Son œil gauche distingue les formes de mieux en mieux ! Un résultat qui dépasse toutes les espérances. En poursuivant les séances, le bien-être général de Madame C s’améliore encore. Les progrès de sa vision fonctionnelle lui facilitent la vie de tous les jours.

 


 

 

 

Acupuncture pour soutenir la grossesse

 

Garder les nausées sous contrôle

« J’ai eu beaucoup de nausées sans vomissements, et pas seulement pendant le premier trimestre… Cela a duré pendant toute ma grossesse », se souvient Camille.

Du coup, elle se rend au cabinet d’acupuncture d’Aimée une fois tous les 15 jours pendant les 3 premiers mois.

« Les nausées ne se sont pas envolées, mais j’ai senti une nette amélioration à chaque fois. Sur un point situé sous le poignet, Aimée plaçait une minuscule aiguille couverte d’une piécette métallique, que je conservais même en dehors de nos séances. Ainsi je pouvais presser sur cette piécette pour me soulager quand ça n’allait plus, sans retourner la voir tous les 3 jours. Je me souviens avoir passé des week-end incroyablement tranquilles grâce à ce système quasi miraculeux ! »

 

Booster les chances de succès d’une Fécondation In Vitro (FIV)

Isabelle est aujourd’hui l’heureuse maman d’une petite Eva âgée de 11 mois. Une enfant farouchement désirée, pour laquelle elle n’aurait reculé devant rien !

« J’ai consulté Aimée avant ma grossesse, dans l’espoir de favoriser le succès de ma FIV. A 47 ans, après une tentative de FIV infructueuse 2 ans plus tôt, les médecins estimaient mes chances de réussite à 30%. »

L’intervention étant prévue pour septembre, Isabelle se rend chez Aimée dès le mois d’avril pour préparer le terrain, à raison de 2 fois par mois. « Aimée est très sensible au relationnel, et accorde un temps de parole important à chaque séance avant de décider de la marche à suivre. Je lui expliquais mon ressenti, et nous décidions presque ensemble de travailler sur tel ou tel point. Elle m’a aidé à évacuer du stress et fait en sorte que mon énergie circule bien avant la FIV, puis m’a aussi suivie juste après. Aujourd’hui, je suis persuadée que nos séances ont a vraiment aidé au succès de cette grossesse ! »

 
Soulager les migraines à répétition

Eve souffrait de migraines chroniques, quasi quotidiennes depuis le début de son deuxième mois de grossesse. Le Paracétamol en cure de 4 jours est tout ce que son médecin avait pu lui conseiller, et c’était totalement inefficace. D’où son incursion chez Aimée… « Je passais des journées entières sans pouvoir me lever, ni lire, ni regarder d’écrans. En plus de souffrir, je m’ennuyais mortellement ! » confie Eve. Lors de la première séance, les échanges vont bon train et Aimée suspecte le foie d’être le grand coupable. Alors hop, une aiguille à la base de chaque deuxième orteil, on laisse poser et on se détend pendant qu’Aimée fait quelques point d’acupression au niveau des ailes du nez… « Dès que je me suis relevée de la table, je me sentais presque normale. Je n’en revenais pas ! Car je venais un peu en désespoir de cause et avais commencé à me résoudre à souffrir pour la bonne cause de la grossesse. Bien sûr, les migraines sont revenues de temps à autre mais elles étaient moins fortes et moins fréquentes. En consultant une fois par mois environ, j’ai pu recommencer à vivre à peu près normalement, jusqu’à ce que les migraines disparaissent complètement au cours du 4ème mois. »

 
Tourner bébé et préparer l’accouchement

A 7 mois et demi de grossesse, Gaëlle s’inquiète au sujet de la position de son bébé, « en siège » alors qu’il doit sortir la tête la première. « Je ne connaissais pas du tout l’acupuncture, et j’ai été très impressionnée par cette première séance : je n’ai jamais senti mon bébé autant bouger que pendant cette demi-heure. En tout cas le lendemain, lors du rendez-vous chez la sage-femme, il avait enfin la tête en bas ! » Désormais bien positionné, bébé ne semble pourtant pas pressé de sortir… « Je suis retournée voir Aimée 3 jours avant la fin de mon terme pour amorcer en douceur l’accouchement qui ne semblait pas vouloir arriver. En sortant, je me sentais une énergie débordante, et n’ai jamais autant marché que cet après-midi-là. Le travail s’est enclenché tout doucement le lendemain, pour un accouchement finalement très rapide, puisque je n’ai pas eu le temps d’avoir la péridurale ! » Gaëlle n’a qu’un seul regret : « Dommage que j’aie découvert l’acupuncture pour ma troisième grossesse seulement ! »

 

Cabinet

4, rue Castilhon
34000 Montpellier
France

(2ème étage)

© 2018-2020 Aimée Centivany - Développement Sites internet en Ariège - Mentions légales